Home » 2018

Yearly Archives: 2018

APPEL À COMMUNICATION: Espaces de collaboration dans les littératures autochtones de l’Île de la Tortue1

Pour répondre au grand thème du Congrès 2019, « Cercles de conversation », se voulant une
invitation au dialogue, cet atelier propose de mettre l’accent sur les possibilités offertes par la
collaboration comme mode d’engagement littéraire dans le champ des littératures autochtones,
autant pour les auteur·e·s que pour les critiques. L’écriture collaborative se révèle comme un
vecteur important dans l’élaboration des discours anticoloniaux en circulation aujourd’hui en
transformant les espaces littéraires et critiques existants et en mettant en place des espaces
littéraires souverains. La collaboration est aussi un espace de tensions et de projets qui ne
marchent pas. Par conséquent, nous souhaitons interroger ce qui est entendu par « cercles de
conversations » pour en cerner les limites.
Cet atelier invite à réfléchir au rôle des ouvrages collectifs comme les anthologies Without
Reservation : Indigenous Erotica (2003), Love Beyond Body, Space, and Time : An Indigenous
LGBT Sci-Fi Anthology (2016) ; Amun (2016) et Tracer un chemin / Meshkanatsheu : écrits des
Premiers Peuples (2017) ; les collections critiques comme A Gathering of Spirit. A Collection by
North American Indian Women (1984), Reasoning Together : The Native Critics Collective
(2008) et Learn, Teach, Challenge : Approaching Indigenous Literatures (2016) ; et les échanges
épistolaires comme Aimititau ! Parlons-nous ! (2008) et Kuei ! Je te salue : Conversations sur le
racisme (2016). Nous considérons aussi la collaboration au sens large comme les relations qui
rendent possibles les discours, les publications et les évènements. Des textes d’un.e seul.e
auteur.e peuvent être collaboratif comme c’est la cas du dernier recueil de poésie de Roseanna
Deerchild, Calling Down the Sky, écrit à travers une collaboration mère-fille. Réfléchir aux
collaborations qui rendent possibles des créations pousse à examiner la matérialité des paroles.
Quels sont les rôles de la famille, des communautés, des cercles d’auteur·e·s et d’artistes, des

maisons d’édition et des programmateurs et programmatrices d’événements dans les œuvres
littéraires et artistiques ? Comment est-ce que les projets collaboratifs encouragent à
penser avec les autres et à penser aux autres ? Quels sont les enjeux éthiques des pratiques
créative et critique qui doivent être pensées en relation avec la communauté et/ou les
communautés ?
Dans un effort de décloisonner le champ de recherche, l’atelier « Espaces de la collaboration
dans les littératures autochtones de l’Île de la Tortue » encourage les participant·e·s à considérer
des œuvres autochtones en langue autochtone, en français ou en anglais. Nous encourageons
fortement les communications qui réfléchissent à la position occupée par le ou la chercheur·e.
Voici quelques pistes de réflexion :

• la traduction des langues autochtones et/ou entre les langues coloniales (L. Moyes ; I. St-
Amand);

• les déplacements entre les genres, les médiums (texte et image) et les espaces culturels;
• analyses comparatives des contextes francophones et anglophones au Canada;
• la collaboration entre les disciplines (les liens avec le féminisme, les études queer,
l’afrofuturisme, l’écopolitique);
• les genres collaboratifs : les anthologies, les échanges épistolaires, le théâtre, le cinéma et
autres créations à plusieurs mains;
• l’histoire de la critique littéraire autochtone et méthodologie de recherche (D. Reder ; S.
McKegney);
• perspectives historiques sur la collaboration et les récits de vie co-écrits (S. McCall);
• tensions éditoriales (par exemple dans les écrits de M. Campbell, M. Aodla Freeman, L.
Maracle);
• la recherche collaborative, les événements littéraires et militants, les rencontres entre les
communautés autochtones et l’université;
• protocoles de recherche et recherche collaborative en études littéraires : les pratiques
de « coconstruction » et du « double regard » (Protocole de Recherche des Premières
Nations au Québec et au Labrador, 2014).

Responsables de l’atelier :
Élise Couture-Grondin
University of Toronto
elise.couture.grondin@mail.utoronto.ca
Isabella Huberman
University of Toronto
isabella.huberman@mail.utoronto.ca
Date limite pour l’envoi des propositions (250-300 mots) : le 5 janvier 2019.
Les communications peuvent être présentées en français, en anglais ou les deux. Les personnes
ayant soumis une proposition de communication recevront un message des organisateurs de
l’atelier avant le 20 janvier 2019 les informant de leur décision. L’adhésion à l’APFUCC ou à
ILSA est requise pour participer à cet atelier. Il est également d’usage de régler les frais de
participation au Congrès des Sciences humaines ainsi que les frais de conférence de
l’APFUCC ou de ILSA. Ils doivent être réglés avant le 31 mars 2019 pour bénéficier des tarifs
préférentiels. La date limite pour régler les frais de conférence et l’adhésion est le 15 avril
2019. Passé cette date, le titre de votre communication sera retiré du programme de l’APFUCC.
Vous ne pouvez soumettre qu’une seule proposition de communication pour le colloque de 2019.
Toutes les communications doivent être présentées en personne, même dans le cas d’une
collaboration.

Eighteen Bridges

Visit us at…

http://eighteenbridges.com/

18Bridges

Chaque numéro de la revue coûte 7.95 $, plus taxes et frais de livraison. Les abonnements annuels sont disponibles au coût de 25.95 $, plus taxes. Les chèques doivent être faits au nom de « Eighteen Bridges, University of Alberta ».

Veuillez poster à l’adresse suivante :

Eighteen Bridges magazine

c/o Centre de littérature canadienne

3-5 Humanities Centre

University of Alberta

Edmonton, AB, T6G 2E5

Des copies papier sont disponibles aux endroits suivants:

Midis littéraires | Katherena Vermette

Joignez-vous à nous le vendredi, 28 novembre 2018, à 12 h, à la Bibliothèque Rutherford South, local 2-09, pour un Midi littéraire avec l’écrivaine Métis Katherena Vermette. 

Tous et toutes sont les bienvenus à cet événement gratuit. Thé, café, et biscuits seront offerts. Une période de questions et un prix de présence suivront la lecture. 

Katherena Vermette est une écrivaine Métis du Territoire du Traité Un, au coeur de la nation Métis, à Winnipeg, au Manitoba. Son premier livre, Ballades d’amour du North End (The Muses Company), a gagné le prix littéraire de poésie du Gouverneur Général. Son court documentaire NFB, this river, a gagné le prix Coup de Coeur au Festival Présence autochtone de Montréal et un prix Écran Canadien. Son premier roman, Ligne brisée, a remporté trois Manitoba Book Awards for Fiction et le prix Premier Roman d’Amazon.ca. Il a aussi été finaliste pour le prix littéraire du Gouverneur Général (romans et nouvelles), le prix Rogers Writers’ Trust Fiction, et CBC Canada Reads. Sa nouvelle collection de poésie, river woman, paraîtra à l’automne aux éditions House of Anansi.

Midis littéraires | Gwen Benaway

Joignez-vous à nous le vendredi, 26 septembre 2018, à 12 h, à la Bibliothèque Rutherford South, local 2-09, pour un Midi littéraire avec la poète Métis et Anishinaabe Gwen Benaway.

Tous et toutes sont les bienvenus à cet événement gratuit. Thé, café, et biscuits seront offerts. Une période de questions et un prix de présence suivront la lecture.

Gwen Benaway est de descendance Métis et Anishinaabe. Elle a publié trois collection de poésie : Ceremonies for the Dead, Passage, et Holy Wild. Poète trans et bispirituelle, elle a été décrite comme l’enfant illégitime de Tomson Highway et d’Anne Sexton. Elle est récipiendaire, entre autres, du Dayne Ogilvie Honour of Distinction for Emerging Queer Authors du Writers’ Trust of Canada. Sa poésie et ses essais ont été publiés dans des publications et anthologies nationales, incluant The Globe and Mail, Maclean’s, CBC Arts, et plusieurs autres. Elle est née à Wingham, en Ontario, et réside présentement à Toronto, en Ontario.

Midis littéraires | Darrel McLeod

Joignez-vous à nous le vendredi, 17 octobre 2018, à 12 h, à la Bibliothèque Rutherford South, local 2-09, pour un Midi littéraire spécial, organisé en collaboration avec Litfest, le festival de non-fiction d’Edmonton. Nous accueillerons l’écrivain Cri Darrel J. McLeod.

Tous et toutes sont les bienvenus à cet événement gratuit. Thé, café, et biscuits seront offerts. Une période de questions et un prix de présence suivront la lecture.

Darrel J. McLeod est un écrivain Cri du Territoire du Traité Huit, au nord de l’Alberta. Avant de se consacrer à l’écriture durant sa retraite, il a été négociateur en chef des revendications territoriales pour le gouvernement fédéral et directeur exécutif en éducation et affaires internationales avec l’Assemblée des Premières Nations. Il détient des diplômes en littérature française et en éducation de l’Université de la Colombie-Britannique. Il habite à Sooke, en Colombie-Britannique, et travaille présentement sur un second mémoire portant sur les événements de Mamaskatch. Au printemps 2018, il a été accepté au Banff Writing Studio pour poursuivre l’écriture de sa première oeuvre de fiction.

 

 

2018 CLC Kreisel Lecture: Michael Crummey

The past twenty-five years have witnessed the flowering of a Newfoundland literature that has had a significant presence on the national and international stage. The place and its people have featured in the work of writers such as Annie Proulx, Wayne Johnston and Lisa Moore, all of whom have been published to acclaim in countries around the world. The emergence of a significant body of fiction in which Newfoundland’s culture and history figures prominently has done much to influence the image of Newfoundland that people from the province and in the outside world “see.” And it has also raised niggling questions about the use of history and real-life figures to animate fictional stories. Is there a limit to the liberties a writer can take with the real world? Is there a point at which a fictionalization of history becomes a falsification of history? What responsibilities do writers have to their readers, and to the historical and cultural materials they exploit as sources?

Using Newfoundland and its recent literature as a case study, and drawing on Michael Crummey’s own experience appropriating historical characters to fictional ends, “Most of What Follows is True” is an examination of the complex relationship between fact and fiction, between the “real world” and the stories we tell to explain the world to ourselves.

Date: April 12, 2018

Time: 7:30 pm

Place: The Timms Centre for the Arts (87th Avenue and 112th Street NW, University of Alberta campus)

Price: Pay What You Can

 

Le CLC a le plaisir d’annoncer le dossier spécial, << Affects féministes dans les productions littéraires et culturelles>>

Le dossier spécial << Affects féministes dans les productions littéraires et culturelles/ Affecting Feminist Literary and Cultural Production>> paraît désormais dans Atlantis: Critical Studies in Gender, Culture & Social Justice.

Co-dirigé par Libe García Zarranz, chercheure affiliée au CLC, avec Evelyne Ledoux-Beaugrand, le dossier présente une préface rédigée par notre directrice Marie Carrière. Cette publication inclut aussi un article de Maïté Snauwaert, membre du comité directeur du CLC, ainsi que les analyses de plusieurs autres affiliés au centre.

<< Affects féministes dans les productions littéraires et culturelles/ Affecting Feminist Literary and Cultural Production>> a été en partie inspiré par le colloque organisé par le CLC et l’Université de Montréal (et grâce à la foundation Trudeau), “Écritures des femmes au Canada et au Québec, Partie II: L’affect et l’écriture des femmes”, tenu à l’automne 2013. 

“Les poétiques et éthiques du <>: Productions féministe autochtones, canadiennes et québécoises de nos jours,”

Le prochain colloque international du CLC, intitulé « Les poétiques et éthiques de « Vivre Avec » : Productions féministe autochtones, canadiennes et québécoises de nos jours », aura lieu dans le Banff Centre, Alberta, de 11 à 14 octobre 2018.

Des événements historiques et politiques tels que la Commission et le Rapport de la vérité et de la réconciliation du Canada, les mouvements Idle No More et Black Lives Matter, le décret anti-immigration de Donald Trump, les crises de réfugiées qui sont en cours, les récentes controverses entourant l’appropriation culturelle, les catastrophes environnementales, ainsi que la persistance systémique de la violence sexualisée et racisée soulignent les constantes inégalités perpétuées par les espaces coloniaux dans un monde globalisé, en plus des difficiles confrontations entre les différentes perspectives et visions du monde. Ce sont des préoccupations cruciales qui ont été largement discutées par des théoricien.ne.s et praticien.ne.s culturel.le.s autochtones, féministes et anti-racistes, et diverses formes d’intervention de justice sociale ont été faites dans les milieux scientifiques, publics, et culturels populaires afin d’exposer encore davantage la persistance de motifs historiques d’oppression, de domination et de complicité. Les explorations éthiques et poétiques du « vivre avec » pourraient aider à revisiter, comprendre, dénoncer et résister à ces violences lentes et accélérées.

Political and historical events, such as the Truth and Reconciliation Commission and Report, the Idle No More movement, Donald Trump’s immigration ban, Black Lives Matter, the ongoing refugee crises, recent controversies around cultural appropriation, environmental catastrophes, and the recurring display of systemic sexual and racial violence underline the consistent inequalities of perpetuated colonial spaces in this globalized world, as well as the often painful confrontation of different worldviews and perspectives. These are crucial concerns that have been widely discussed by Indigenous, feminist, and anti-racist theorists and cultural practitioners. The various forms of social justice intervention that have emerged in academic, public, and popular cultural spaces have further exposed the persistence of historical patterns of oppression, domination, and complicity. Explorations of the poetics and ethics of “living with” might help revisit, understand, denounce, and resist these fast and slow violences.

 

Pour une description détaillée, voir l’appel à communications ici.

Voir la programme ici.

 

Brown Bag Lunch | Kateri Akiwenzie-Damm

Please join us on Wednesday, February 14, 2018 at 12:00 pm (noon) in Rutherford Library South 2-09 for a Brown Bag Lunch with poet, spoken-word artist, publisher, editor and collaborator Kateri Akiwenzie-Damm.

All are welcome to this free event. Refreshments will be available. A question period and door prize will follow the reading.

Midis littéraires / Natasha Kanapé Fontaine

Joignez-vous à nous le vendredi, 23 mars 2018, à 12 h à la Bibliothèque Rutherford South, local 2-09, pour un Midi littéraire avec la poète et comédienne Natasha Kanapé Fontaine.

Tous sont les bienvenus à cet événement gratuit. Thé, café, biscuits seront offerts. Une période de questions et un prix de présence suivront la lecture.