Home » New Conferences @fr

New Conferences @fr

APPEL À COMMUNICATION: Espaces de collaboration dans les littératures autochtones de l’Île de la Tortue1

Pour répondre au grand thème du Congrès 2019, « Cercles de conversation », se voulant une
invitation au dialogue, cet atelier propose de mettre l’accent sur les possibilités offertes par la
collaboration comme mode d’engagement littéraire dans le champ des littératures autochtones,
autant pour les auteur·e·s que pour les critiques. L’écriture collaborative se révèle comme un
vecteur important dans l’élaboration des discours anticoloniaux en circulation aujourd’hui en
transformant les espaces littéraires et critiques existants et en mettant en place des espaces
littéraires souverains. La collaboration est aussi un espace de tensions et de projets qui ne
marchent pas. Par conséquent, nous souhaitons interroger ce qui est entendu par « cercles de
conversations » pour en cerner les limites.
Cet atelier invite à réfléchir au rôle des ouvrages collectifs comme les anthologies Without
Reservation : Indigenous Erotica (2003), Love Beyond Body, Space, and Time : An Indigenous
LGBT Sci-Fi Anthology (2016) ; Amun (2016) et Tracer un chemin / Meshkanatsheu : écrits des
Premiers Peuples (2017) ; les collections critiques comme A Gathering of Spirit. A Collection by
North American Indian Women (1984), Reasoning Together : The Native Critics Collective
(2008) et Learn, Teach, Challenge : Approaching Indigenous Literatures (2016) ; et les échanges
épistolaires comme Aimititau ! Parlons-nous ! (2008) et Kuei ! Je te salue : Conversations sur le
racisme (2016). Nous considérons aussi la collaboration au sens large comme les relations qui
rendent possibles les discours, les publications et les évènements. Des textes d’un.e seul.e
auteur.e peuvent être collaboratif comme c’est la cas du dernier recueil de poésie de Roseanna
Deerchild, Calling Down the Sky, écrit à travers une collaboration mère-fille. Réfléchir aux
collaborations qui rendent possibles des créations pousse à examiner la matérialité des paroles.
Quels sont les rôles de la famille, des communautés, des cercles d’auteur·e·s et d’artistes, des

maisons d’édition et des programmateurs et programmatrices d’événements dans les œuvres
littéraires et artistiques ? Comment est-ce que les projets collaboratifs encouragent à
penser avec les autres et à penser aux autres ? Quels sont les enjeux éthiques des pratiques
créative et critique qui doivent être pensées en relation avec la communauté et/ou les
communautés ?
Dans un effort de décloisonner le champ de recherche, l’atelier « Espaces de la collaboration
dans les littératures autochtones de l’Île de la Tortue » encourage les participant·e·s à considérer
des œuvres autochtones en langue autochtone, en français ou en anglais. Nous encourageons
fortement les communications qui réfléchissent à la position occupée par le ou la chercheur·e.
Voici quelques pistes de réflexion :

• la traduction des langues autochtones et/ou entre les langues coloniales (L. Moyes ; I. St-
Amand);

• les déplacements entre les genres, les médiums (texte et image) et les espaces culturels;
• analyses comparatives des contextes francophones et anglophones au Canada;
• la collaboration entre les disciplines (les liens avec le féminisme, les études queer,
l’afrofuturisme, l’écopolitique);
• les genres collaboratifs : les anthologies, les échanges épistolaires, le théâtre, le cinéma et
autres créations à plusieurs mains;
• l’histoire de la critique littéraire autochtone et méthodologie de recherche (D. Reder ; S.
McKegney);
• perspectives historiques sur la collaboration et les récits de vie co-écrits (S. McCall);
• tensions éditoriales (par exemple dans les écrits de M. Campbell, M. Aodla Freeman, L.
Maracle);
• la recherche collaborative, les événements littéraires et militants, les rencontres entre les
communautés autochtones et l’université;
• protocoles de recherche et recherche collaborative en études littéraires : les pratiques
de « coconstruction » et du « double regard » (Protocole de Recherche des Premières
Nations au Québec et au Labrador, 2014).

Responsables de l’atelier :
Élise Couture-Grondin
University of Toronto
elise.couture.grondin@mail.utoronto.ca
Isabella Huberman
University of Toronto
isabella.huberman@mail.utoronto.ca
Date limite pour l’envoi des propositions (250-300 mots) : le 5 janvier 2019.
Les communications peuvent être présentées en français, en anglais ou les deux. Les personnes
ayant soumis une proposition de communication recevront un message des organisateurs de
l’atelier avant le 20 janvier 2019 les informant de leur décision. L’adhésion à l’APFUCC ou à
ILSA est requise pour participer à cet atelier. Il est également d’usage de régler les frais de
participation au Congrès des Sciences humaines ainsi que les frais de conférence de
l’APFUCC ou de ILSA. Ils doivent être réglés avant le 31 mars 2019 pour bénéficier des tarifs
préférentiels. La date limite pour régler les frais de conférence et l’adhésion est le 15 avril
2019. Passé cette date, le titre de votre communication sera retiré du programme de l’APFUCC.
Vous ne pouvez soumettre qu’une seule proposition de communication pour le colloque de 2019.
Toutes les communications doivent être présentées en personne, même dans le cas d’une
collaboration.

Le prochain colloque du CLC 2018

Le prochain colloque international du CLC, intitulé « Les poétiques et éthiques de « Vivre Avec » : Productions féministe autochtones, canadiennes et québécoises de nos jours », aura lieu dans le Banff Centre, Alberta, de 11 à 14 octobre 2018.

Voir l’appel à communications pour une description détaillée : CFP_Vivre_Avec

Des événements historiques et politiques tels que la Commission et le Rapport de la vérité et de la réconciliation du Canada, les mouvements Idle No More et Black Lives Matter, le décret anti-immigration de Donald Trump, les crises de réfugiées qui sont en cours, les récentes controverses entourant l’appropriation culturelle, les catastrophes environnementales, ainsi que la persistance systémique de la violence sexualisée et racisée soulignent les constantes inégalités perpétuées par les espaces coloniaux dans un monde globalisé, en plus des difficiles confrontations entre les différentes perspectives et visions du monde. Ce sont des préoccupations cruciales qui ont été largement discutées par des théoricien.ne.s et praticien.ne.s culturel.le.s autochtones, féministes et anti-racistes, et diverses formes d’intervention de justice sociale ont été faites dans les milieux scientifiques, publics, et culturels populaires afin d’exposer encore davantage la persistance de motifs historiques d’oppression, de domination et de complicité. Les explorations éthiques et poétiques du « vivre avec » pourraient aider à revisiter, comprendre, dénoncer et résister à ces violences lentes et accélérées.

Political and historical events, such as the Truth and Reconciliation Commission and Report, the Idle No More movement, Donald Trump’s immigration ban, Black Lives Matter, the ongoing refugee crises, recent controversies around cultural appropriation, environmental catastrophes, and the recurring display of systemic sexual and racial violence underline the consistent inequalities of perpetuated colonial spaces in this globalized world, as well as the often painful confrontation of different worldviews and perspectives. These are crucial concerns that have been widely discussed by Indigenous, feminist, and anti-racist theorists and cultural practitioners. The various forms of social justice intervention that have emerged in academic, public, and popular cultural spaces have further exposed the persistence of historical patterns of oppression, domination, and complicity. Explorations of the poetics and ethics of “living with” might help revisit, understand, denounce, and resist these fast and slow violences.

 

Séminaire de recherche du Centre de Littérature Canadienne 2017

Séminaire de recherche du Centre de Littérature Canadienne 2017

 

Poétique du relationnel, Écrits du Canada

Relational Poetics, Canadian Writings

Le vendredi 27 octobre 2017

Senate Chamber

Old Arts Building

Université de l’Alberta

Edmonton, AB

Organisé par Dominique Hétu, Boursière postdoctorale (CRSH, CLC)

 

Le séminaire de recherche du CLC vise à stimuler les discussions entre chercheur.es, artistes et écrivain.es émergent.es et établi.es. Le séminaire crée un espace propice à l’avancement de la recherche et du travail critique en littératures canadiennes, en plus de permettre des échanges aptes à susciter la réflexion.

Les objectifs de ce séminaire sont les suivants :

  • Porter une attention critique aux rencontres relationnelles en tant qu’espaces de care et de vulnérabilité partagée, mais aussi – et parfois simultanément – en tant qu’espaces de dépossession et de réponses dangereuses ;
  • Examiner comment l’écriture et la lecture de la relationnalité et de ses expériences connexes peuvent servir à résister à la persistance des binarismes et des systèmes d’exclusions politiques et culturels ;
  • Montrer les formes d’expressions de la relationnalité comme des lieux d’engagement éthico-politiques qui ébranlent le mythe de l’indépendance et qui remettent en question la notion du sujet autonome et en contrôle (Butler 23) ;
  • Questionner la relationnalité en tant qu’un ensemble d’affects, d’actions et de processus strictement humains et ainsi explorer ses possibles ancrages nonhumains et posthumains.

 

Nous sommes intéressé.es par des travaux critiques portant sur des œuvres littéraires ainsi que sur la discipline (discours, pédagogie, CanLit, etc.). Des propositions de plénières, de tables-rondes et d’autres formes de collaboration seront particulièrement les bienvenues. Elles pourront porter sur les sujets suivants, sans toutefois y être limitées :

  • Relations et travail de care
  • Traditions et méthodologies relationnelles autochtones
  • Solidarité et intersectionalité
  • Éthiques de l’amitié et de la parenté/filiation
  • Communauté, citoyenneté et justice
  • Responsabilité et hospitalité
  • Relationnalité et race
  • Relationnalité, corporéité, matérialité
  • Solitudes, exclusions et marges
  • Relationnalité et classe/pauvreté/précarité
  • Relationnalité, le nonhumain, le posthumain
  • Ecologie, environnement et naturecultures
  • Relationnalités queer
  • Enjeux relationnels et diasporas
  • Interdépendances globales et locales

 

Veuillez soumettre vos propositions en anglais ou en français (300 mots) ainsi qu’une courte notice biographique au plus tard le 30 septembre 2017 à Dominique Hétu (htu@ualberta.ca).

Le séminaire sera suivi par la Scholarly Lecture du CLC, qui sera donnée cette année par la professeure Erin Wunker. Il y aura ensuite une réception.