Home » Colloques et ateliers du CLC » Appels généraux

Appels généraux

Appel à communications / Colloques à venir

cfp_digital-textualities-scl-2016SCL/ÉLC

Digital Textualities/Canadian Contexts

Essays on the intersection of text and the digital in the Canadian context are invited by the Canadian Writing Research Collaboratory/Collaboratoire scientifique des écrits du Canada (CSÉC/CWRC) for a special issue of Studies in Canadian Literature/Études en littérature canadienne on digital approaches to writing and culture in Canada.

We are interested in submissions that take up digital literary or cultural research, broadly conceived, in Canada. Essay topics might include, but are not limited to, the following:

•digital humanities research in and on Canadian literature and culture: histories, trends, practices, possibilities, resources
•reading and writing (about) Canadian literature in the digital age
•Indigeneity and digital culture
•Canadian e-literature
•digital collaboration: working collectively in the academic context
•online research and the academy: support, structures, protocols
•producing and reading digital texts
•technologies of image, text, and sound preservation and presentation
•intellectual property
•gender and marginalized identities in a digital context
•invisible research and development: digital researcher as academic avatar
•reading and writing digital games
•interfaces: design, politics, subjectivities
•digital readership: identifying constituencies for research
•close and distant readings of digital texts
•digital self-publishing
•the borders and the shape of the digital nation
•area studies and digital scholarship in Canadian contexts: who is digital and why?
•crossing disciplinary, institutional, and community divides; public facing digital humanities
•the contexts, challenges, and discontents of collaboration
•new technologies and old scholarship: bibliography in the digital context
•the impact of digital humanities resources in and on Canada on literary and cultural study; anthologies and datasets
•Canadian innovations in text analysis and text mining

The issue will also be published in an open-access digital version that will allow interlinking with digital materials. Submissions should be 6,000-8,000 words in length, including Notes and Works Cited, and should conform to the MLA Handbook, 8th edition. We welcome submissions in English and in French.

Please send essays along with a 150-word biographical statement before January 5, 2017 by email to Susan Brown sbrown@uoguelph.ca and/or Cecily Devereux devereux@ulaberta.ca

CONVERSATIONS, COMMERCE, COMMUNAUTÉS – ÉCHANGES/EXCHANGES: 2016

Le 20e colloque bisannuel de l’ACQS / The 20th biennial conference of the ACQS:

du 3 au 6 novembre, 2016, au Westin Harborview Hotel, Portland, ME

L’American Council for Québec Studies sollicite des propositions de communication pour notre prochain
congrès en 2016. Si le thème choisi s’apprête à des approches diverses, tant en sciences sociales qu’en
arts et lettres, nous voudrions souligner l’importance des échanges culturels, économiques, et
interpersonnels entre le Québec et ses voisins, entre francophones, anglophones, et allophones en
Amérique du Nord. Nous invitons des propositions individuelles aussi bien que des sessions complètes sur
tout sujet lié aux études québécoises. Veuillez consulter notre site web pour plus de précisions :
www.acqs.org

Pour proposer une communication: Toutes les soumissions (résumés de +/- 250 mots) se feront
électroniquement ; sur le site de l’ACQS : www.acqs.org , cliquez sur « Submit Proposal »
Pour afficher une session que vous désirez organiser sur le site de l’ACQS: Envoyer le titre de la session
envisagée et une courte description de la problématique (+/- 250 mots), ainsi que votre nom, affiliation,
et coordonnées à : sfisher@southalabama.edu

Pour proposer une session complète: Chaque participant devra soumettre sa proposition sur le site de
l’ACQS, indiquant le titre de la session et le/la président/e sous la rubrique « comments ».

Les communications peuvent se faire en français ou en anglais.
La date limite pour la soumission des propositions est le 15 avril 2016.

L’ACQS est heureux d’annoncer un tarif préférentiel de $169 la nuit au Westin Harborview Hotel,
Portland, ME ; un lien pour les réservations sera posté sur le site de l’ACQS au printemps 2016.

Pour de plus amples renseignements, cliquez ici: ACQS2016

Speaking Her Mind: Canadian Women and Public Presence

20-22 October 2016
University of Calgary
http://speakinghermind.ca/

How are women engaging with public discussion and debate in Canada?
Speaking Her Mind: Canadian Women and Public Presence is the follow-up conference to
Discourse and Dynamics: Canadian Women as Public Intellectuals, which took place at Mount
Allison University in October 2014 (see http://discoursedynamics.ca/). As Discourse and
Dynamics made clear, “public intellectual” remains an unsatisfactory term for many women who
have contributed to and continue to engage in public discussion and debate in Canada. Speaking
Her Mind aims to take that investigation to the next level.

Proposals are invited for presentations that explore Canadian women’s public presence on
questions of concern related to social, political, cultural, economic, literary, artistic, linguistic,
diplomatic, and environmental issues. A wide range of participation is invited, from individual
papers to panels, performances, or other forms of discussion. The following are suggestions but
all proposals for individual or collaborative presentations are welcome.

• Women’s right to speak
• Public presences that have made a difference
• When the body speaks
• Speaking about violence, poverty, racism, health
• Politics and its Discontents
• Entering/leaving the public sphere
• Opinions and their backlash
• Forms of speaking: literature, art, music, dance, photography

Proposals should include:
1. title (up to 150 characters) 2. abstract (100-150 words) 3. description (300 words)
& on a separate page a short biographical note and full contact information

Proposals may be submitted electronically by September 28, 2015 to
speakinghermind@ucalgary.ca
—————–
ORGANIZERS:
Aritha van Herk
Professor, Department of English
2500 University Dr. N.W.
University of Calgary
Calgary, Alberta
T2N 1N4

Christl Verduyn
Director, Centre for Canadian Studies
Professor, Department of English
Mount Allison University
Sackville, New Brunswick
E4L 1G9

Past Conferences, Lectures and Seminars

Enjeux de genre, de sexe et de race dans les littératures franco-canadiennes : perspectives féministes, queer et intersectionnelles

Date de l’atelier: 28 mai au 3 juin 2016

Date limite pour l’envoi de propositions: 7 décembre 2015

Atelier organisé par Pierre-Luc LANDRY (professeur adjoint, Collège militaire royal du Canada) et Mathieu SIMARD (doctorant, Université d’Ottawa)  Pierre-Luc.Landry@rmc.ca  msima050@uOttawa.ca

En 2013, dans Écrire au féminin au Canada français, Johanne Melançon dressait ce constat : « depuis le début des années 1970, plusieurs femmes ont pris la parole en Acadie, en Ontario français et dans l’Ouest, mais peu d’œuvres ont été jusqu’à maintenant étudiées ». C’est pourquoi Melançon proposait dans son ouvrage « de se pencher sur l’écriture de ces femmes » plutôt que d’élaborer « un ensemble de “critiques au féminin” ». Intitulé Enjeux de genre, de sexe et de race dans les littératures franco-canadiennes : perspectives féministes, queer et intersectionnelles, le présent atelier entend à la fois poursuivre et déplacer cette réflexion. Nous invitons en effet les chercheur.e.s à étudier autant les mises en scène des rapports sociaux de sexe, de genre et de race que les représentations des sexualités non-traditionnelles. L’étude de tout texte franco-canadien sera donc la bienvenue, et ce sans égard pour le sexe de son auteur.e.

L’atelier visera plus spécifiquement à comprendre de quelles manières s’articulent les enjeux du genre, du sexe et de la race dans le discours littéraire franco-canadien. À titre d’exemple, les participant.e.s pourraient analyser les stratégies de déstabilisation du genre – qu’il s’agisse du déplacement et du travestissement des catégories de sexe ou de genre, ou de leur complète neutralisation – et la construction des rapports de domination dans la représentation des sexualités ou dans celle des relations sociales, matérielles et économiques de sexe, de genre et de race. Les participant.e.s pourraient également emprunter une perspective intersectionnelle (Kimberlé Crenshaw, 1991). L’intersectionnalité « apport[e] une nouvelle complexité à la compréhension des hiérarchies et des rapports de domination » et « permet de révéler une réalité plus complexe » dans laquelle les oppressions « interagissent de façon dynamique » (Maillé, 2014). Les participant.e.s pourraient ainsi se pencher sur la construction des subjectivités en se demandant par exemple comment le sujet franco-canadien, déjà dominé en raison de son statut de minorité linguistique, joue avec – voire « performe » (Judith Butler, 1990) – ces autres formes de domination que peuvent constituer le sexe, le genre, la race ou encore la sexualité.

L’atelier apportera un éclairage nouveau sur les littératures franco-canadiennes en étudiant les questions de race, de sexe, de genre et d’orientation sexuelle. Il ne se cantonnera pas dans une perspective théorique unique, qu’il s’agisse des théories queer ou des études de genre. D’emblée inclusif, il sera ouvert aux études féministes, aux études postcoloniales et décoloniales, aux analyses politiques de textes littéraires, à l’analyse du discours, à la sociocritique, à la narratologie et aux théories de la réception, etc. Tout texte franco-canadien contemporain pourra être étudié et les œuvres littéraires autochtones de langue française seront également considérées.

Cet atelier est organisé dans le cadre du colloque de l’APFUCC au Congrès des sciences humaines du Canada, qui se tiendra à l’Université de Calgary du 28 mai au 3 juin 2016. Les propositions de communication (de 250 mots), avec les coordonnées et une bio-bibliographie de l’auteur.e, doivent être envoyées aux responsables de l’atelier (Pierre-Luc Landry <Pierre-Luc.Landry@rmc.ca> et Mathieu Simard <msima050@uOttawa.ca>) avant le 7 décembre 2015.

Textes cités

BUTLER, Judith, Gender Trouble: Feminism and the Subversion of Identity, New York, Routledge, coll. « Thinking Gender », 1990, 172 p.
CRENSHAW, Kimberlé, « Mapping the Margins: Intersectionality, Identity Politics, and Violence against Women of Color », dans Stanford Law Review, 1991, vol. 43, n° 6, p. 1241–1299.
MAILLÉ, Chantal (2014), « Approche intersectionnelle, théorie postcoloniale et questions de différences dans les féminismes anglo-saxons et francophones », dansPolitique et Société, volume 33, numéro 1, p. 41-60.
MELANÇON, Johanne (dir.), Écrire au féminin au Canada français, Sudbury, Prise de Parole, coll. « Agora », 2013, 316 p. 

AFFECT THEORY CONFERENCE: WORLDINGS/TENSIONS/FUTURES

Millersville University’s Ware Center, Lancaster PA, October 14-17, 2015

Stream #6 – Posthuman Affects in 21st-Century Feminist Production

 Dr. Libe García Zarranz (U. Manitoba, Canada) & Dr. Belén Martín-Lucas (U. Vigo, Spain)

This Stream proposes a conversation between recent interventions in the field of affect studies
(Berlant 2010; Stewart 2007) and critical posthumanism (Braidotti 2013; Colebrook 2014) through
the lens of twenty-first-century feminist production. We are particularly interested in proposals
addressing the work of those writers and visual artists who not only advocate for politically-engaged
resistance, but who also contribute to the formulation of a posthuman aesthetic and ethic alongside
and beyond traditional humanist ideologies, exclusionary epistemologies, and necropolitical impulses
(Mbembe 2003). We are seeking proposals that look at contemporary modes of feminist production
that trace a genealogy of posthuman affects understood as an alternative affective archive that could
counteract so-called “normative affects” (Ahmed 2004). The methodological questions that fuel our
Stream Proposal can be summed up as follows:
* How does feminism intersect with critical posthumanism in relation to affect?
* How do recent articulations of the posthuman condition, in their critique of exclusionary policies
and systemic violence, allow for a reconfiguration of affective boundaries?
* How do contemporary feminist writers and artists contribute to the creation of an archive of
posthuman affects?
* How do they problematize multiple boundaries beyond negative critique?
* How do these posthuman affects differ from non-Western (or non-Eurocentric) epistemologies on
affect, and where do they converge?
This Stream stresses the porosity of the boundaries between affect studies, critical post-humanism,
and feminisms in order to find potential alliances between these interdisciplinary methodological
frameworks. By doing so, we seek to contribute to a discussion on how to build a sustainable
trajectory for the humanities, or the posthumanities, in the twenty-first century.
Possible Topics:
Posthuman Feminist Affects
Post-Feminist vs Posthuman Affects
Posthuman Affects in Postcolonial Feminist Production
Critical Posthumanism and Queer Affects
Globalized Markets and Posthuman Affects
Affecting Transdisciplinarity:
 Critical posthumanism & indigenous studies
 Critical posthumanism & transgender studies
 Critical posthumanism & animal studies
 Critical posthumanism & material feminisms
Posthuman Digital Affects
Critical Posthumanism & Affect in Academia
Feminist Affects in the Humanities and the Posthumanities

Submit a 250-word PAPER ABSTRACT to affect-sub@millersville.edu by Monday, May 18.

More information can be found here: http://www.affecttheorymu.com/

APPEL À CONTRIBUTIONS
en vue du dossier de la

Revue canadienne de littérature comparée (RCLC)

intitulé

« Éthique environnementale et activité militante dans la littérature et le cinéma autochtones »

co-dirigé par
Warren Cariou (Université du Manitoba), Niigaanwewidam James Sinclair (Université du
Manitoba) et Isabelle St-Amand (Université du Manitoba)

Ce dossier a pour objectif de mettre en valeur des perspectives comparées sur les questions
d’éthique environnementale et d’activité militante à l’oeuvre dans les cultures autochtones. Il vise
dans la même foulée à faire ressortir les liens entre différents médias et genres de l’expression
créatrice autochtone. Dans ce dossier, nous voulons explorer les formes diverses et interreliées de
créativité autochtone, qu’il s’agisse de littérature, de cinéma, de nouveaux médias ou de
performance. Notre approche comparée et bilingue vise à explorer les thèmes de l’éthique
environnementale et de l’activité militante dans un contexte contemporain où l’extraction des
ressources et l’industrialisation se voient de plus en plus contrées par des formes ‘indigénéisées’
de pensée et d’action. Nous recherchons des contributions qui examinent les discours,
l’esthétique et les savoirs qui émergent à l’intersection de la contestation affichée, de l’expression
artistique et de l’éthique environnementale. Parmi les thèmes que nous souhaitons aborder, on
compte :
Territoire et souveraineté
Liens entre les espèces, humaines et non humaines
Violence coloniale et extraction des ressources
Liens de parenté et responsabilité
Résistance et résurgence
Territoires de l’imaginaire

Dates de tombée:
Proposition (300 mots) : 1er février 2015
Soumission de l’article (de préférence entre 6000 et 7500 mots): 15 juillet 2015

Les propositions doivent être envoyées à :
cariouw@cc.umanitoba.ca, niigaanwewidam@umanitoba.ca, isstamand@gmail.com.

Études en littérature canadienne

a 40 ans!!! Soyez de la fête!

Pour marquer cette étape importante (1976-2016), Études en littérature prépare un numéro spécial consacré aux 40 dernières années de la littérature canadienne.

 Appel d’articles: La littérature canadienne : les 40 dernières années

La revue Studies in Canadian Literature/Études en littérature canadienne, qui a publié son premier numéro en 1976, célébrera son 40e anniversaire en 2016. Ce numéro spécial sera consacré aux 40 dernières années de production et d’études en littérature canadienne. Cette période a été témoin d’événements et de virages importants dans le domaine, depuis la légitimation de la littérature canadienne en tant que domaine d’études universitaires et l’apparition de phénomènes populaires non universitaires tels que le Combat des livres et le Prix Giller, jusqu’aux importants mouvements littéraires et critiques : le post-modernisme, le post-colonialisme, le nouvel historicisme, les études féministes, les débats sur les canons littéraires, les études autochtones, l’histoire du livre, le transnationalisme, la théorie critique de la race, les études sur la diversité sexuelle (queer studies), la diaspora et, plus récemment, les progrès dans les domaines des sciences humaines numériques et des études écocritiques. Beaucoup de ces changements ont trouvé des échos importants dans des événements politiques et culturels marquants au Canada, comme l’adoption de la Loi sur le multiculturalisme canadien en 1988, les débats sur le libre-échange à la fin des années 1980, la crise d’Oka de 1990, la crise constitutionnelle et le référendum qui a suivi en 1990, le mouvement de redressement des Canadiens japonais, les débats des années 1990 sur la « réappropriation de la voix », la création du Nunavut en 1999, la disparition de nombreuses petites maisons d’édition et librairies canadiennes, et l’abolition par le gouvernement Harper du Programme d’études canadiennes à l’étranger et ses effets néfastes sur les études canadiennes dans le monde. Au cours de cette période, on a assisté à la publication de nombreux textes littéraires révolutionnaires, au choix d’auteurs canadiens pour recevoir plusieurs prix internationaux prestigieux et à la montée en popularité de la littérature canadienne comme sujet d’études à l’échelle internationale, mais aussi au décès de nombreux auteurs et critiques associés aux beaux jours de la littérature canadienne, dont Margaret Laurence, Gabrielle Roy, Robertson Davies, Mordecai Richler, Timothy Findley, Robert Kroetsch, Barbara Godard, Anne Hébert, Northrop Frye, Carol Shields, Mavis Gallant, Gaston Miron, David French, Rita Joe, Farley Mowat et Alistair MacLeod. Jetant un regard sur les 40 dernières années, quelle évaluation peut-on faire des changements survenus au cours de cette période? À quels égards ces années ont-elles été formatrices (ou non) dans l’évolution de la littérature canadienne? Dans quel sens peut-on dégager une suite de changements perceptibles et/ou d’interventions? Quelle est la valeur d’une analyse générationnelle de la littérature canadienne? En quoi la période a-t-elle été marquée par une suite de disjonctions?

La revue Studies in Canadian Literature/Études en littérature canadienne invite les auteurs à lui soumettre des articles traitant des quatre dernières décennies selon un large éventail d’approches et de points de vue. Les directeurs du numéro souhaitent recevoir des articles portant sur des sujets variés, notamment :

  • les changements d’orientation chez les auteurs et/ou la critique au cours des 40 dernières années
  • l’importance de la période du nationalisme culturel dans la production littéraire et les études littéraires canadiennes
  • la réputation et la célébrité d’auteurs
  • l’émergence de nouveaux auteurs au cours de la période
  • un regard en arrière et/ou vers l’avenir
  • l’influence des médias électroniques et des médias numériques
  • le legs du post-modernisme et/ou du post-colonialisme; le « tournant » linguistique
  • les nouveaux domaines théoriques apparus au cours de la période, p. ex. la théorie du traumatisme, la théorie de l’affect, le récit de vie, les études sur la mémoire (memory studies), l’écocritique
  • les nouvelles configurations du concept de « nation »
  • l’essor de la fiction historique
  • l’évolution des études en littérature canadienne sur la scène internationale
  • les changements dans l’enseignement de la littérature canadienne
  • l’évolution de la conceptualisation du régionalisme
  • les nouveaux courants de la poésie canadienne
  • les changements dans la production théâtrale au Canada
  • les discours d’optimisme et/ou de crise

Envoyez-nous un texte et faites partie des célébrations! La préparation du numéro anniversaire sera soulignée par une séance spéciale consacrée à ce sujet lors du congrès de 2015 et un gâteau d’anniversaire servi en avance! Venez manger un morceau de gâteau avec nous lors du Congrès!

Les articles, qui peuvent être rédigés en français et en anglais, doivent contenir de 6 000 à 8 000 mots, y compris les notes et la liste des ouvrages cités, et se conformer au Guide du rédacteur, 2e éd., ou au MLA Handbook, 7e éd. Veuillez soumettre votre texte par courriel en format Word à l’adresse suivante : scl@unb.ca. Date limite d’envoi des articles : le 1er août 2015. La publication est prévue pour 2016. Pour de plus amples détails, veuillez consulter le site de la revue à http://journals.hil.unb.ca/index.php/SCL/ ou communiquer avec Cynthia Sugars à csugars@uottawa.ca ou Herb Wyile à Herb.Wyile@acadiau.ca.

Appel à communications
Teaching Canada – Enseigner le Canada

25-27 Juin 2015
Marburg, Allemagne

Du 25 au 27 juin 2015, le Centre d’études canadiennes de Marburg, un centre de recherche interdisciplinaire à l’université de Marburg, organisera un symposium international sur le Canada comme sujet de l’enseignement aux niveaux des lycées et universités.
Nous sollicitons des propositions de communication de 30 minutes concernant les aspects variés du thème “Teaching Canada – Enseigner le Canada”. Nous attendons des contributions de professeurs du niveau secondaire et du niveau universitaire ainsi que des étudiants intéressés. Les langues du symposium seront le français et l’anglais.
Thèmes possibles:
les littératures canadiennes et québécoises
la linguistique
l’histoire
les sciences politiques
les études culturelles
les études de communication
la géographie

Nous sommes fiers de compter parmi nos conférenciers invités les professeurs David Staines (Ottawa) et Waldemar Zacharasiewicz (Vienne).
Les propositions de conférence doivent se limiter à 250 mots. Elles doivent être accompagnées d’une courte biographie (100 mots) et soumises à kanada@staff.uni-marburg.de avant le 30 novembre 2014.
Prière de consulter notre site web: www.uni-marburg.de/mzks/aktuelles ou de contacter Prof. Dr. Martin Kuester, Directeur du centre: kuesterm@staff.uni-marburg.de

For more information about the conference, click Submit a Proposal

COLLOQUE INTERNATIONAL/CONGRÈS AFEC 2016
Grenoble, 8-­10 juin 2016

Appel à communications: Identité(s) canadienne(s) et changement global

Pour de plus amples renseignements, cliquez ici: AFEC2016

Call for Papers: Queer Québec Colloquium, in association with Biennial Conference of American Council for Québec Studies

October 16-19, 2014 Montréal Marriott Chateau Champlain Montréal, Canada.
For more information about the conference, click Submit a Proposal

Colloque 2012 de Pédagogie et Pratiques Canadiennes en Crétion Littéraire (PPCCL)
“La création littéraire au 21e siècle : Recherche et pratiques”

Humber College, campus Lakeshore, Toronto, 10 au 13 mai 2012
Keynote speakers:

  • Joseph Boyden
  • Nicole Brossard
  • David Fenza
  • Erin Mouré
  • Yvette Nolan
  • Tim O’Brien

Ce colloque offre aux participants l’occasion de présenter des communications littéraires et critiques et d’en discuter avec d’autres enseignants et écrivains. Ils pourront aussi débattre et étudier des sujets et des conclusions récentes dans le domaine de la recherche en création littéraire. Les participants examineront également l’enseignement et l’apprentissage en création littéraire dans les universités et les collèges et en milieu communautaire; de plus, ils contribueront leurs connaissances à un domaine qui comprend la recherche, la pédagogie et les pratiques artistiques.

Le comité du colloque invite les participants à soumettre des projets pour des communications et des tables rondes théoriques, littéraires et critiques sur le thème de La création littéraire au 21e siècle. Le comité encourage surtout les présentations dont l’approche, dynamique et novatrice, fait usage de formats et de stratégies d’analyse créatives. Les présentations multimédias et les présentations en collaboration seront aussi acceptées. Les communications devraient durer environ 20 minutes. Nous invitons également les projets de trois participants qui voudraient discuter d’un thème commun lors d’une table ronde.

Le comité invite les participantes et les participants du Canada et de l’étranger, à soumettre en français ou en anglais, un projet de conférence, de lecture ou de table ronde dans les catégories qui suivent. Nous invitons tout particulièrement la participation francophone du Québec, de l’Acadie et de la francophonie canadienne et internationale. Comme nous souhaitons offrir aux participants une diversité de perspectives mondiales sur la création littéraire, nous accueillerons les propositions de celles et de ceux qui travaillent dans le domaine de la création, la rédaction et la révision de textes littéraires, dans les programmes universitaires et publics, dans l’animation d’ateliers de création littéraire ou dans tout autre domaine connexe à la pédagogie, la recherche ou la pratique de la création littéraire. Voici une description brève des catégories possibles :

  • Conférences et communications théoriques et critiques
    Veuillez soumettre un résumé de 300 mots pour une présentation de 20 minutes. Vous devrez aussi inclure une notice biographique de 150 mots ainsi que vos coordonnées.
  • Lectures
    Les participants devront inclure des exemples d’œuvres : 10 poèmes, 10-12 pages d’œuvre littéraire de fiction ou non romanesque, 10-12 pages d’une pièce de théâtre et 10-12 pages pour une œuvre hybride. Les séances de lecture avec trois participants seront également acceptées. Veuillez soumettre un résumé de 300 mots, une notice bibliographique de 150 mots ainsi que vos coordonnées.
  • Tables rondes (trois communications sur un thème précisé)
    Les organisateurs des tables rondes devront choisir les participants et soumettre leurs projets au comité du colloque. Ils fourniront également les renseignements complets sur chacun des projets des participants, le thème général des présentations, un résumé de 300 mots, les notices biographiques pour chacun des participants et leurs coordonnées.

Voici une liste de thèmes possibles :

  • L’exploration du caractère particulier de la pratique de création littéraire et de la recherche basée sur la pratique.
  • Les analyses des pratiques de création littéraire dans des contextes historiques et culturels différents
  • Les genres littéraires, la pédagogie de la création littéraire et d’autres débats dans le domaine de la création littéraire.
  • Les recherches portant sur la pédagogie et les pratiques en création littéraire.
  • Les recherches portant sur les programmes en création littéraire.
  • La traduction des œuvres littéraires; textes littéraires transculturels, translinguistiques et multilingues.
  • Les formes hybrides et expérimentales d’écriture.
  • La création littéraire dans les médias numériques, les réseaux sociaux (Twitter), les blogues, et les cours par Internet.
  • Le(s) milieu(x) d’édition : les écrivaines et les écrivains dans un univers multimédia.
  • La création littéraire comme discipline dans les institutions postsecondaires.
  • La création littéraire dans les collectivités et dans les espaces publics (hôpitaux, prisons, groupes communautaires et organismes d’accueil aux nouveaux arrivants, etc.)
  • Lire et écrire sur les pratiques de création littéraire.
  • Le rôle de la lecture au sein de la pédagogie des arts et de la création littéraire.
  • Le statut des programmes de création littéraire dans des milieux internationaux (aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Europe, en Asie, en Australie et ailleurs).

Les résumés des communications et des conférences proposées et les projets de lectures et de tables rondes doivent être soumis au comité sous forme de pièce jointe en format Word à l’adresse suivante : callforpapers@ccwwp.ca pas plus tard que le 30 septembre 2011.
Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter le site Web du colloque à  http://ccwwp.ca.

La place du Québec dans les études canadiennes

École d’études canadiennes,Université Carleton

Ottawa, Ontario, 22 mai 2012 www.carleton.ca/canadianstudies

La question de la place du Québec dans le Canada fut l’une des principaux moteurs à l’essor de la discipline des études canadiennes. La recherche académique s’est intéressée rapidement aux problématiques identitaires —what does Québec want? — à l’étude du fédéralisme, aux études culturelles, aux questions autochtones, aux études de la sexualité et à d’autres aspects qui redessinaient aussi par le fait même, les contours du Canada tel que vécu et imaginé à la fin des années soixante. Quarante ans plus tard, après de nombreux débats sur le multiculturalisme et les langues officielles, l’intérêt pour la question de la place du Québec semble avoir dramatiquement chuté. Pourtant, notre expérience en enseignement des études canadiennes au baccalauréat, à la maîtrise et au doctorat révèle que nos étudiants n’ont guère de connaissance sur le Québec. De plus, les curricula d’études canadiennes ainsi que la littérature en recherche ignorent souvent la question du Québec et ses questions associées, comme le statut du français au Canada. Plus encore, les programmes d’études canadiennes au Canada et à l’étranger rivalisent avec d’autres programmes d’études culturelles dont les études québécoises. Aussi, souhaitons-nous réunir des penseurs, des chercheurs, des professeurs en études canadiennes et en études québécoises afin de poser la question suivante : mais quelle est donc la place du Québec dans les études canadiennes?

Cet atelier bilingue cherche à rassembler à la fois des penseurs et des enseignants au niveau universitaire, des directeurs et des organisateurs d’activités autour des études canadiennes et des études québécoises, provenant du Canada et de l’étranger, afin de réfléchir plus avant sur le rôle des études canadiennes sur la représentation du Canada dans le monde et sur la compréhension du Québec au Canada d’une part, et d’autre part, pour comprendre quels ponts doivent être consolidés ou construits pour assurer le développement durable de ces deux disciplines qui partagent beaucoup : les institutions, certes, mais aussi les enseignants et les bourses de recherche, sans oublier l’histoire, la langue d’enseignement et la géographie. L’atelier se tiendra la veille du congrès du conseil international d’études canadiennes, soit la journée du 22 mai 2012, à l’École d’études canadiennes de l’université Carleton. Les participants à cette journée seront invités à prendre part à la soirée d’ouverture du congrès le soir même. Les grands thèmes choisis pour cet atelier sont les suivants :

  • Réflexions sur les disciplines : études canadiennes et études québécoises
  • Pédagogie, liens intellectuels et institutionnels entre les études canadiennes et études québécoises
  • Les particularités linguistiques et identitaires de la région de la Capitale nationale du Canada
  • Études Canada-Québec : Questions politiques et de politiques
  • Québec et le ROC : Vécus distincts et partagés

Les communications peuvent être données en français ou en anglais. Une interprète sera sur place afin de faciliter les échanges. Un résumé de 250 mots et une brève biographie doivent être envoyés à : Richard Nimijean, richard_nimijean@carleton.ca, or Anne Trépanier, anne_trepanier@carleton.ca au plus tard le 15 décembre 2011.

Les textes doivent être soumis le 30 avril afin de permettre aux panélistes de préparer leurs commentaires. Les textes issus des communications données le 22 mai 2012 devront être envoyés au plus tard le 15 août 2012 pour leur évaluation par les pairs et leur soumission pour une publication (les détails suivront). 

“L’exil et le retour” : Colloque international de l’édition du modernisme au Canada (EmaC) à la Sorbonne Nouvelle

Paris, France, 28 – 30 juin 2012
Organisé par Marta Dvorak (Sorbonne Nouvelle), Dean Irvine (Dalhousie University, Canada), Kit Dobson (Mount Royal University, Canada) et Matt Huculak (Dalhousie University)
Conférenciere invitée :

  • Mavis Gallant

Pendant la première moitié du 20e siècle des générations successives d’écrivains et d’artistes modernistes du Canada mais aussi du monde entier ont gravité vers Paris, reconnue comme la capitale intellectuelle de l’occident. Parmi ceux venus du Canada et du Québec se trouvaient des écrivains tels que Marius Barbeau, Morley Callaghan, Marcel Dugas, Mavis Gallant, Josh Glassco, Alain Grandbois, Anne Hébert, Dorothy Livesay, Jean-Aubert Loranger, Gaston Miron, Thérèse Renaud, Mordecai Richler, et Sheila Watson, ainsi que des artistes comme Paul-Émile Borduas, Emily Carr, A.Y. Jackson, Fernand Leduc, Alfred Pellan, et Jean-Paul Riopelle. Ils ont rejoint une communauté artistique qui déclinait le déferlement du modernisme dans un éventail de courants culturels, allant du cubisme et de la psychanalyse au surréalisme et à l’existentialisme. Un siècle après les tout premiers passages transatlantiques, nous célébrons les histoires locales, nationales, internationales, et interculturelles du modernisme. En hommage au patrimoine moderniste de Paris et avec le premier objectif d’éclairer et de commémorer ses liens aux modernismes de l’Amérique du Nord et d’ailleurs, ce colloque international rassemblera des universitaires et des acteurs du monde de l’édition qui s’intéressent aux problématiques des échanges interculturels, de la traduction inter-langues et multi-langues, des influences interdisciplinaires et intermédiales, et des collaborations trans-nationales et interculturelles.

Les disciplines peuvent se conjuguer parmi les diverses modes de production culturelle qui s’entrecroisent, des arts de la page aux arts de la scène. Comme EMiC/EmaC a comme mandat de promouvoir la diffusion d’œuvres modernistes épuisées ou peu connues, nous appelons la participation de spécialistes de la production et de l’économie numérique globalisée et des technologies digitales, et nous accueillons des communications qui traitent les questions du 21e siècle concernant les transformations des médias et les environnements de lecture innovants, ainsi que la mise en place d’outils Internet susceptibles de représenter les conditions matérielles et les lieux géographiques de production moderniste.

Les thèmes, ou points d’entrée, peuvent inclure les rubriques suivantes, non exhaustives :

  • le modernisme à Paris, les modernismes parisiens
  • l’exil, l’expatriation, l’émigration, la migration
  • le nationalisme, l’internationalisme, le transnationalisme
  • le mondialisme, la globalisation, la mondialité
  • transculturalité et l’interculturalité
  • intermédialité et interdisciplinarité
  • les langues, la traduction, les cultures multilingues
  • les humanités électroniques, les nouveaux médias, l’atténuation, le multimédia, les médias sociaux
  • la collaboration, les communautés, les réseaux, les terrains communaux
  • les éditions électroniques, les archives, les bibliothèques, les dépositoires, les collections, les expositions

 

Nous accueillons des propositions d’atelier. Les ateliers comprenant 3 ou 4 interventions de 15-20 minutes suivies d’un débat. Nous accueillons également des propositions de rencontres-débat ou de table ronde pré-structuré, impliquant 5 ou 6 intervenants réunis pour susciter une discussion entre les participants et le public. Les participants auront à se positionner brièvement sur des questions posées préalablement par l’organisateur et auront à réagir aux questions et remarques du modérateur et du public.

 

Une sélection des textes (en français ou en anglais) paraîtront dans un ouvrage collectif.

 

Un nombre limité de subventions sera offerts aux participants de EMiC/EmaC (les collaborateurs, co-applicants, postdocs et doctorants) pour défrayer les frais de déplacement et d’hébergement. Visitez le site d’EMiC/EmaC pour tout complément d’informations à propos du colloque : editingmodernism.ca/events/nouvelle-sorbonne.

Merci de soumettre une vos propositions de 500 mots accompagnées d’un résumé de 100 mots, ainsi qu’une note bio-bibliographique de 50 mots par courrier électronique à : emic@dal.ca avant le 1 septembre 2011.

Pour plus d’information vous pouvez visiter notre site àhttp://editingmodernism.ca/, ou soumettre vos questions àemic@dal.ca.

EMiC/EmaC est financé par une subvention du Réseau stratégique de connaissances, provenant du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada.

“Transferts des savoirs; savoirs des pratiques.
Production et mobilisation des savoirs pour une communauté inclusive”
Colloque international de la Groupe de recherche sur l’inter/transculturalité et l’immigration (GRITI)

Campus Saint-Jean, University of Alberta Edmonton, Canada 11 – 13 October 2012

La grande question de l’inclusion dans le contexte de l’immigration continue à être posée et problématisée partout dans le monde, dans tous les écrits, les colloques, les forums, y compris évidemment dans la pratique quotidienne, que ce soit au niveau de l’emploi comme dans les structures scolaires, pour ne mentionner que ces deux domaines. Le partage des savoirs entre théoriciens et praticiens sur le terrain n’a cependant pas toujours lieu parce que trop souvent les deux espaces ne se rejoignent pas: un écart maintenu par des objectifs différents et un langage particulier à chacun subsiste entre les deux.

Le colloque proposé ici se donne pour objectif d’éliminer ou tout au moins de grandement diminuer cet écart en créant un rapport dialectique entre les deux, de sorte que ce rapport réflexion/ action s’établisse en paradigme pour actionner le transfert de connaissances vers la pratique, et inversement, des pratiques appelées à être objectivées. Comme l’indique le sous-titre, cet échange vise à produire et à mobiliser – “La pensée naît de l’action pour retourner à l’action” disait Wallon (1942) – des connaissances et des pratiques dans le but de redéfinir les modes d’inclusion dans les communautés transformées par l’im/migration, et ultimement, les rapports entre les “communautés culturelles” et les sociétés d’accueil, notamment quant à la question de l’identité, des imaginaires collectifs, des nouvelles symboliques, des valeurs communes à développer…

Voilà en quelque sorte le défi lancé par ce colloque, qui voudrait étendre le paradigme à ses assises en structurant dans le format même du colloque une composante méta, c’est-à-dire une réflexion continue du rapport dialogique entre participants/es, permettant ainsi d’évaluer sur-le-champ les rélexions et les actions qui s’y trouvent proposées. Il va de soi que ce colloque insistera auprès de ses participants théoriciens qu’une application pratique soit comprise dans la communication proposée.

Quelques sugestions thématiques pour les propositions :

  • Production et échange des savoirs pratiques
  • Interculturalité, transculturalité et la communauté inclusive
  • Institutions et mobilisation des savoirs
  • Immigration et valeurs communes
  • Institutions et modes d’inclusion
  • Savoirs théoriques et nouvelles symboliques
  • Identité et imaginaire de la diversité
  • Structurer le dialogue interculturel dans les réseaux institutionnels
  • Nouvelle culture, nouvelle symbolique

articipants déjà engagés : M. Abdallah-Pretceille (Paris VIII), Philippe Pierre (Paris-Dauphine/CNRS), et James Banks (Washington)

Pour l’inscription et la proposition (date de tombée : le 1er novembre, 2011), veuillez voir notre site : www.csj.ualberta.ca/griti/ 

MLCS Graduate Students Conference: [DIS]COMFORT: (Re)examining Limits of Agency

PosterConference2 Saturday, March 3, 2012, 9:00 am to 5:00 pm
Senate Chamber, Arts & Convocation Hall University of Alberta
The Modern Languages and Cultural Studies Graduate Student Council presents an interdisciplinary conference addressing the concept of (dis)comfort in a broad sense, and looks at the meaning and interaction of human and non-human agency in the changing circumstances of everyday life.
Keynote address: 9:20 am, by English and Film Studies Writer-in-Residence, Richard van Camp. The Canadian Literature Centre is pleased to be a supporter of this address.
To download the full programme, click here: MLCS Grad. Students Conference Programme
Topics of the conference include: agency of the body, embodiment and disembodiment of power, agent-object relationship, comfort and the question of ownership, construct of “home” and its experience, motherland and motherlands, dwelling in places and things, (dis)abilities of (dis)comfort, limits of agency in second language acquisition, dealing with discomfort in the classroom, and expressing discomfort in media.
Papers, panel discussions and roundtable discussions will be given by graduate students and recent alumni from all disciplines studying languages, literature, culture, society and translation, with selected papers possibly published in the MLCS Graduate Student Journal Multilingual Discourses.
Presentations will be 15 minutes in length and will be followed by a short discussion period. Panel discussions and round tables will run for 60 minutes.
For more information, please contact the organizers, at: mlcs.grad.council@gmail.com.

CWRC 2 – Canadian Women Writers Conference “Space / Place / Play”

An Interdisciplinary, International Conference
Ryerson University, Toronto, 27 – 29 October 2011
Plenary Speakers:

  • Dionne Brand (Author)
  • Bethany Nowviskie (Director, Digital Research & Scholarship, U of Virginia Library)
  • Lori Saint-Martin (Author, Translator, Professor, UQAM)

We invite papers that respond to the conference theme of “Space / Place / Play” and illuminate the vast diversity of Canadian women’s writing, past and present, in all genres and formats (printed text, manuscripts, journalism, screenwriting, graphic novels, songs, music, performance art, artists’ books), of all cultures, regions, and linguistic groups. Papers should be relevant to the emphasis on collaboration and digital scholarship of the Canadian Writing Research Collaboratory (see below, or www.cwrc.ca). They may:

  • comment on the critical reception of Aboriginal, minority and/or multilingual writing;
  • explore the potential for comparative study and analysis through an integrated online history and/or its implications for Canadian Comparative Literature;
  • pursue both historical specificity and trans-historical connections;
  • consider the plurality of Canadian women’s literary histories;
  • examine these histories in relation to various versions of the nation or a transnational perspective;
  • address the practicalities of the marketplace, i.e. women’s roles in the “literary institution / institution littéraire”;
  • interrogate distinctions between popular and elite, subversive and insider writing;
  • investigate platforms necessary to make Wikipedia-like resources literary, creative, scholarly and extensible;
  • address the limitations of current available sites (e.g.,. lone databases) and the potentials of interlinked or integrated knowledge systems;
  • explore modes of circulating, disseminating and expanding an integrated history;
  • offer frames for reading digital works as media systems, social practices, or cultural networks;
  • offer examples of using digital tools to produce new kinds of cultural or historical analysis;
  • illustrate the emergence of new forms of technological infrastructure and media.

The Canadian Writing Research Collaboratory (CWRC, pronounced “quirk”) is developing a digital platform for new collaborations in humanities research. Supporting team-based scholarship, digitization, and editing, and embedding its material in political, commercial, and cultural contexts, CWRC brings digital arts into dialogue with other artistic practices in the contemporary landscape of imaginative and creative work and critical research. CWRC has secured substantial funding from both the Canada Foundation for Innovation (CFI) and provincial funding bodies.
CWRC’s centerpiece is a Canadian Women Writers project, a radically interdisciplinary, collaborative and bilingual research initiative that will be developed across three primary modules:

  1. a virtual archive of textual, visual, and audiovisual materials relevant to research in women’s writing in Canada;
  2. a searchable, expandable, user-producer text base of historical, bio-critical data on women’ writing in Canada; and
  3. an interactive forum/salon for the circulation of discussion, new digital material, and readers’ and writers’ communities.

This gathering will be the second of up to three conferences planned around CWRC’s flagship project. This venture with multilingual, multi-genre, and multi-media content is anchored in the premise that digital and electronic instruments are key to enabling and producing new meanings in embodied, experiential, participatory ways. In coordinated collaboration with related major projects partnered with CWRC (the Canadian Literature Centre; Editing Modernism in Canada; TransCanada Institute; canadiana.org, among others), this Canadian Women Writers initiative aims to bring into alignment established and emergent histories, to integrate divergent perspectives on history, and to engage users as producers in a variety of textual, visual, and audio formats. The conference will bring together scholars, writers, booksellers, librarians, publishers, and software designers, along with invited keynote speakers, to catalyze discussion – particularly on women’s writing in Canada, literary history, historiography, collaborative methods, and digital and feminist scholarship – through papers, panels, readings, and online demonstrations.
Members of the conference committee:

  • Dr. Susan Brown, University of Alberta / University of Guelph
  • Dr. Patricia Demers, University of Alberta
  • Dr. Kathleen Kellett-Betsos, Ryerson University
  • Dr. Anne-Marie Lee-Loy, Ryerson University
  • Dr. Dennis Denisoff, Ryerson University
  • Dr. Ruth Panofsky, Ryerson University

For more information, please visit the conference website, at cwrc2.blog.ryerson.ca, or email: panofsky@ryerson.ca.
Address all mail inquiries to: Canadian Women Writers Conference/Colloque écritures des femmes du Canada, Department of English, Ryerson University, 350 Victoria Street, Toronto, Ontario M5B 3K3